Sélectionner une page

Comment développer ses pellicules argentiques noir et blanc chez soi ?

Nov 13, 2023 | Technique | 0 commentaires

Dans un contexte où la photographie argentique coûte de plus en plus cher, la réduction de ses coûts prend une grande place dans le processus de création des photographes. Après avoir parlé de la numérisation des pellicules, Club Argentique se penche dans cet article sur le développement à la maison des pellicules noir et blanc. 

En quoi consiste exactement le développement de photo argentique ?

Le développement d’une pellicule argentique est le processus de révélation des images photographiées sur la pellicule. En noir et blanc, le développement se déroule en trois étapes qui correspondent à trois bains différents : le premier est le révélateur, il permet, comme son nom l’indique, de révéler, faire apparaître l’image en négatif sur la pellicule; le second est le bain d’arrêt, il consiste à arrêter la réaction chimique causée par le révélateur; la dernière étape est le fixateur, qui permet de conserver dans le temps l’image sur le négatif, il fixe la photo. 

Selon la pellicule que vous développez et le révélateur que vous utilisez, le temps passé dans le premier bain varie. Cependant, le bain d’arrêt reste identique pour toutes les pellicules (une minute), de même pour le fixateur (dix minutes). 

Pourquoi choisir le développement argentique à domicile ?

Développer ses pellicules chez soi procure différents avantages. Tout d’abord, il permet de réduire les coûts de développement. En effet, développer chez soi demande un investissement au début pour se procurer le matériel permanent, principalement la cuve, et pour les consommables, les produits chimiques, qui peuvent être réutilisés mais qui demandent un changement régulier. Financièrement parlant, le développement chez soi devient intéressant à partir d’environ cinq pellicules.

La seconde raison pour laquelle il est intéressant de développer chez soi, et elle est selon nous la plus importante, est d’avoir un contrôle complet sur le processus de création. En effet, le développement joue un rôle primordial dans le rendu des photographies argentiques. D’autant plus en noir et blanc, des paramètres comme la température des produits chimiques, et le temps passé dans le bain de révélateur influencent le rendu final des images. Développer chez soi permet d’expérimenter avec différentes chimies, différentes températures et temps de développement. Au-delà du processus de création complet, le développement apporte une certaine satisfaction personnelle. 

Matériel nécessaire pour le développement photo argentique

Voici le matériel nécessaire pour développer chez soi : 

  • Une cuve de développement avec à l’intérieur une spire (ou plusieurs pour développer plusieurs films en même temps)
  • Un récupérateur d’amorce, pour pouvoir ressortir l’amorce du film avant de le mettre en spire
  • Un thermomètre
  • Un chronomètre
  • Un récipient gradué
  • Une paire de ciseaux pour découper l’amorce
  • Un bidon de révélateur dilué
  • Un bidon de bain d’arrêt dilué
  • Un bidon de fixateur dilué
  • Une pince pour étendre son film (sinon, vous pouvez pendre votre film développé à un etendoir à linge)
  • Une pince lestée pour tendre votre film lors du séchage pour éviter qu’il se replie sur lui-même. 

Étapes détaillées du processus de développement

Préparation des produits chimiques

Les produits chimiques sont vendus soit sous forme de poudre, soit liquide, dans les deux cas, il faut les diluer avec de l’eau en suivant un dosage précis prescrit par les fournisseurs sous cette forme : 1+4, 1+9, etc. Dans le cas 1+4, cela signifie que pour une dose de solution chimique, il faut ajouter quatre doses d’eau. Exemple : pour faire 200ml de révélateur à 1+4, il faut mettre 40ml de solution chimique et 160ml d’eau. Il est important de respecter le dosage, il permet d’avoir un développement le plus précis possible. 

Pensez à vous équiper de gants lorsque vous manipulez les produits chimiques, évitez tout contact avec la peau ou les yeux.

Il est possible de préparer le bain d’arrêt chez soi avec du vinaigre blanc, qui se trouve en supermarché, dilué dans de l’eau. 

Mettre la pellicule dans la spire

Après avoir ressorti l’amorce de la pellicule, coupez-la afin que la pellicule soit droite. Faites aussi deux petites découpes sur les bords de la pellicule afin de faciliter la mise en spire. Une fois l’amorce préparée, mettez vous dans le noir total, gardez les ciseaux à portée de main, et placez devant vous la cuve ouverte avec le couvercle à côté. Une fois dans le noir, mettez le film dans la spire, en le déroulant au fur et à mesure en dehors de la canette. Une fois arrivé au bout de la pellicule, coupez le film le plus proche possible des lèvres de la canette, pour être sûr de ne pas découper la dernière photo. Une fois fait, finissez d’enrouler la pellicule dans la spire puis placez la sur la colonne dans la cuve avant de la fermer (assurez vous que la cuve soit bien verrouillée). Une fois cette étape réalisée, vous pouvez rallumer la lumière.

Le processus de révélation

Le processus de révélation change selon la pellicule que vous développez. Le temps varie souvent selon la sensibilité iso du film, mais aussi suivant la température de la chimie et si vous souhaitez pousser ou retenir votre pellicule au développement. 

Après avoir vérifié le temps de révélation, versez le révélateur dans la cuve, puis fermez la avec le couvercle hermétique. Agitez la cuve en la retournant (sans être brusque) pendant la première minute du développement, puis faites le pendant 10 secondes toutes les minutes pour être sûr que la chimie s’applique sur l’entièreté de la pellicule. Une fois arrivé à la dernière minute du bain de révélateur, agitez de nouveau pendant une minute complète, puis reversez le révélateur dans son bidon. 

Le bain d’arrêt

Une fois le révélateur enlevé, versez le bain d’arrêt et agitez la cuve pendant une minute. À la fin de cette minute, reversez le bain d’arrêt dans son bidon. 

Le fixage de la photo

Versez enfin le fixateur dans la cuve, et de même que pour le révélateur, agitez sans arrêt pendant la première et la dernière minute, et pendant 10 secondes à chaque minute. Contrairement au révélateur, le temps de fixage est le même pour toutes les pellicules, sa durée n’est pas officiellement définie, mais il est idéal de laisser le film dans le fixateur pendant 10 minutes.

Séchage et finitions

Une fois les 10 minutes de fixateur réalisées, versez le dans son bidon puis passez au rinçage du film. Pour ce faire, versez de l’eau froide dans la cuve puis agitez là 10 fois, reversez l’eau dans votre évier ou robinet, et répétez cette action 10 fois. À l’issue du rinçage, vous pouvez désormais ouvrir la cuve, sortir le film et admirer vos images sur la pellicule. Égouttez la pellicule en la pinçant avec vos doigts propres pour évacuer l’eau vers le bout de la pellicule. Ensuite, attachez la pellicule à l’aide d’une pince et laissez la pendre, pensez à mettre une pince lestée à l’autre extrémité pour que le film soit bien tendu. 

Astuces et erreurs courantes à éviter pendant le développement de vos photos

Il est important de prendre son temps et d’être précautionneux lorsque vous développez vous-même vos pellicules. Les erreurs les plus fréquentes sont liées à la mise en cuve de la pellicule avant même le développement, il est important de prendre son temps pour tout préparer à l’avance pour être sûr de ne pas voiler la pellicule en la mettant en spire. Préférez une salle qui ne dispose d’aucune fenêtre et placez dans vêtements en bas des portes, ou aux endroits par où la lumière pourrait entrer. Il est aussi important d’être attentif dans la dilution des solutions chimiques et dans leur conservation. 

Pensez à changer régulièrement les produits chimiques et surtout, ne les jetez jamais dans votre évier ou vos toilettes, apportez-les à la déchetterie pour qu’ils soient traités. 

Le mot de Club Argentique sur le développement des pellicules noir et blanc à la maison

Le développement est une partie à part entière de la photographie argentique, et bien qu’il paraisse falloir avoir des connaissances scientifiques pour le faire, il n’est finalement pas compliqué et grandement récompensant. Compléter le processus de création d’une image argentique en développant soi-même son film vous donnera une grande satisfaction lorsque vous découvrirez vos images à la sortie de la cuve. Savoir développer soi-même permet aussi d’expérimenter par exemple en poussant ses films, ou en les développant dans un bain plus ou moins chaud pour apporter plus ou moins de grain et de contraste à vos images. Chez Club Argentique, nous ne pouvons que vous conseiller d’essayer.

(crédits bannière de l’article : ©wild we roam (youtube))

A lire ensuite

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *